Allocation stratégique

La réforme des retraites intervenue en 2010 apporte une modification majeure aux objectifs de placement du FRR. Par rapport aux précédentes hypothèses de passif du FRR, l'horizon se raccourcit tout en restant suffisamment long pour autoriser une exposition significative aux actifs de performance : jusqu'en 2010, le FRR avait retenu l'hypothèse de 21 flux de décaissement entre 2020 et 2040. Suite à la réforme, le FRR versera 2,1 milliards d'euros à la CADES chaque année entre 2011 et 2024 (inclus) et un flux unique[1] à la CNAV au titre de la soulte CNIEG en 2020. Par ailleurs, les abondements annuels perçus jusqu'ici par le FRR seront dorénavant affectés directement à la CADES.

Compte tenu de la structure de son passif, de son horizon de placement et de son degré d'aversion au risque, le FRR a décidé, à l'issue du Conseil de surveillance du 13 décembre 2010, de retenir l'allocation suivante, composée de deux poches :

  • une poche de couverture dont l'objectif principal est d'assurer la capacité du Fonds à faire face à son passif ;
  • une poche de performance dont l'objectif est d'apporter un rendement supplémentaire dans un cadre de risque maîtrisé.

Les poids et compositions de référence de l’allocation stratégique pour chacune des deux poches de gestion font l’objet d’une révision annuelle afin de tenir compte de l’évolution de l’environnement économique, des marchés financiers et de la situation du fonds par rapport à son passif.

La poche de couverture permet d’assurer le paiement des engagements annuels du FRR inscrits au passif, de manière très sécurisée. Pour cela, même dans un contexte de taux d’intérêt extrêmement bas, elle doit représenter une part importante du passif. Le FRR se fixe un taux de couverture d’au moins 80 %. La poche de couverture contient des instruments de taux à risque de crédit très limité : d’une part, un montant significatif d’obligations de l’Etat français (OAT) détenues jusqu’à maturité servant des flux annuels proportionnels aux engagements du passif, et d’autre part, des obligations d’entreprises de qualité (notées au moins BBB-).

La poche de performance génère un rendement supplémentaire, grâce à des actifs dynamiques et diversifiés. Elle doit aussi permettre de compléter les montants apportés par la poche de couverture pour le paiement des engagements annuels de passif, même en cas de scénario très défavorable sur ses actifs. C’est pourquoi le FRR s’assure que, même en cas de stress extrême (sur les actifs de la poche de performance, le risque de crédit de la poche de couverture et le risque de taux induit par la sous-couverture du passif), le ratio de financement reste supérieur à 100 %. La poche de performance est actuellement composée d’actions des pays développés et émergents, d’obligations d’entreprises à haut rendement et d’obligations des pays émergents. Elle consacre près du tiers de son allocation aux pays émergents aussi bien en obligations souveraines et actions, qu’en Actions des pays développés exposées à la croissance des économies émergentes (ADECE). Au sein de la part consacrée aux pays développés, près de la moitié est constituée de titres d’entreprises de la zone euro.

Notes

  1. Dont le montant dépendra de l’évolution de la performance des investissements. Le passif CNIEG n’ayant pas été précisé par la loi, ce flux unique est pour le moment une hypothèse de travail.
Copyright 2017 fondsdereserve.fr Mentions légales Réalisé par My Jungly